Le linguiste du mois : Bart

0/5, Nombre de vote: 0

 

Chaque mois, Beelingwa.com met un traducteur à l'honneur.
 

Aujourd'hui, nous allons parler de Bart, un jeune linguiste originaire du Limbourg (en Belgique). Bart a fait des études de traduction à Anvers (Anglais - Français - Néerlandais). Pendant son temps libre, il aime pratiquer le jogging et jouer au foot. Pour lui, la traduction est une véritable passion !

 

 

Où habites-tu ? Parle-moi un peu de ton pays / ville d'origine.

J'habite à Lanaken, un petit village d'environ 25 000 habitants situé dans le Limbourg, à 5 km de Maastricht. Le Limbourg est une région parfaite pour faire des balades en vélo. Vous traverserez certainement Lanaken lors d'une promenade le long de la Meuse. 

 

Quelle(s) langue(s) parles-tu ?

J'ai étudié l'anglais et le français, et ma langue maternelle est le néerlandais.

 

Pourquoi avoir décidé d'apprendre ces langues ?

L'histoire de l'Angleterre et de la France m'a toujours passioné. Je suis aussi intéressé par le style de vie des habitants.

De nombreuses personnes me demandent pourquoi j'ai choisi d'apprendre ces langues vu leur popularité. Pourtant, il suffit de lire un livre en anglais, par exemple, pour comprendre mon choix. Les bases de l'anglais sont faciles à acquérir. Par contre, maîtriser cette langue dans les moindres détails, c'est une autre paire de manche ! De plus, les deux langues que j'ai choisies sont parlées dans le monde entier. Un fameux avantage !

 

Que représente pour toi le métier de traducteur ?

En trois mots : amusement, discipline et découverte !

Pour moi, la traduction est une véritable passion. Bien entendu, cette discipline exige rigueur et concentration, mais je vois cet aspect positivement. Les délais à respecter représentent parfois de véritables défis, mais j'aime travailler sous la pression. Cela me stimule. La découverte de nouvelles choses est un aspect que j'apprécie dans la traduction. Vous recevez un texte dont le sujet vous est inconnu et vous devenez presqu'un spécialiste une fois la traduction terminée. La traduction est un apprentissage quotidien et permanent.

 

Comment organises-tu tes journées de travail ?

Je suis employé dans une société (de 8h00 à 17h00). La traduction est donc une activité annexe que je pratique uniquement le soir et le weekend. Jusqu'à présent, je me débrouille plutôt bien dans la mesure où mes clients ne remarquent même pas que je suis employé à temps plein dans une entreprise. C'est parfois éprouvant, car mes journées sont longues, mais il y a aussi des moments plus calmes. J'aime ce que je fais. La passion me semble indispensable pour rendre un travail de qualité. 

 

Quelles sont les tâches que tu aimes le moins ?

Les tâches administratives et la recherche de nouveaux clients. Chaque semaine, j'envoie une candidature spontanée à un bureaux de traduction. Les premières années ne sont pas faciles mais, au fil des années, les clients se fidélisent et la recherche de clients prend moins de temps. Dans la mesure où je travaille à temps plein dans une entreprise, je n'ai pas le temps de m'occuper des tâches administratives. Je délègue donc cet aspect à une agence.

 

Quels sont tes livres préférés ?

J'aime lire les grands classiques comme « Les Trois mousquetaires », « The Great Gatsby », etc. Je suis également friand des oeuvres biographiques. 

 

Quels conseils donnerais-tu aux traducteurs indépendants qui se lancent ?

Restez positif ! Les débuts peuvent sembler difficiles car la recherche des premiers clients peut prendre un certain temps et les résultats peuvent se faire attendre. Quelques années d'expérience peuvent être nécessaires avant d'avoir une base solide de clients.  

Je leur conseille également de ne pas hésiter à poser des questions aux clients, car il vaut mieux traduire un texte dont on comprend toutes les subtilités plutôt que d'essayer de « deviner » le sens des passages ambigüs. 

 

Que fais-tu dans ton temps libre ?

J'aime le jogging. J'essaie de pratiquer au moins 50 minutes de sport par jour. Je me lève tous les jours à 6 h du matin pour faire du sport (sauf le week-end). J'aime aller courir dans la campagne pendant une heure et ne penser à rien. Cela m'aide à décompresser. J'aime aussi le tennis et le snooker. La cuisine est aussi un de mes passe-temps.

 

Es-tu spécialisé dans un ou plusieurs domaines ?

Le tourisme et le sport particulièrement, car plusieurs de mes clients travaillent dans ces domaines. D'ailleurs, ma première commande concernait le tourisme. Cependant, je ne me limite pas à ces domaines. Par contre, je demande à mon client de chercher quelqu'un d'autre si la traduction est trop technique. Il faut rester honnête avec son client. Si je ne me sens pas à l'aise avec le sujet, je préfère le lui dire plutôt que de lui envoyer un texte de mauvaise qualité. Autrement, il faut avoir l'esprit ouvert et apprendre le plus de choses possibles. Si vous voulez devenir traducteur à temps plein, une spécialisation dans un domaine bien précis comme la médecine est intéressant, car c'est assez spécifique et c'est bien rémunéré.

 

Quels sont les aspects positifs du métier de traducteur ?

Le fait de créer quelque chose par soi-même : on peut tourner le texte comme on veut. De plus, les demandes sont très variées, ce qui nous permet d'apprendre énormément de choses. Les recherches dans le domaine concerné prennent du temps, mais c'est assez intéressant. C'est un apprentissage quotidien. 

 

Quels sont les aspects négatifs du métier de traducteur ?

La solitude, le manque de collègue ou de contact social. Ce n'est pas mon cas dans la mesure où je travaille à temps plein pour une entreprise, mais ces aspects ne me donnent pas envie de devenir indépendant à 100 %. De plus, il faut toujours chercher de nouveaux clients et les revenus ne sont pas fixes. Il faut souvent travailler à temps plein et traduire à titre complémentaire au début afin de gagner sa vie décemment.  

 

Selon toi, quelles sont les qualités essentielles d'un bon traducteur ?

De la discipline, une ouverture d'esprit et une bonne connaissance des langues, bien sûr. De mon point de vue, il faut voir la traduction comme la rédaction d'un texte et non comme une transposition d'une langue à l'autre. Le texte doit être agréable à lire tout en gardant le style de l'original. Une bonne organisation est également une qualité essentielle. Parfois, vous n'avez rien à faire pendant deux jours et puis vous recevez soudainement deux ou trois commandes. Etablir un emploi du temps est une bonne chose, mais il risque de changer cinq minutes plus tard. Il faut donc bien gérer son temps.

 

Te reste-t-il des choses qui te posent plus de difficultés à traduire ?

Bien sûr ! Je crois qu'il y aura toujours des choses difficiles à traduire. Par exemple, récemment, j'ai dû traduire un texte sur la philatélie et ce n'était pas facile, car c'est la croix et la bannière pour trouver beaucoup d'informations à ce sujet. Cette traduction m'a pris pas mal de temps. De plus, il y a toujours des termes que l'on ne connait pas et qu'il faut chercher. Il est également plus compliqué de traduire des jeux de mots ou des concepts spécifiques à une autre culture. 

 

Quand tu lis un livre ou regardes un film étranger, t'arrive-t-il de ne pas penser à la traduction ?

Bonne question ! En effet, je cherche toujours les fautes d'orthographe. Par ailleurs, quand je regarde un film au cinéma, j'essaie toujours de lire les sous-titres en français plutôt qu'en néerlandais. Ils permettent de mieux comprendre les répliques des personnages pas toujours compréhensibles à l'oral. 

 

Note: 
Aucun vote pour le moment