Les 5 compétences d'un bon traducteur

5/5, Nombre de vote: 2

Vous travaillez au sein d’une entreprise qui souhaite exporter ses produits / services ? Ou peut-être désirez-vous exporter votre propre marque à l’étranger ?

Quoi qu’il en soit, faire appel à des services linguistiques de qualité professionnelle est devenu presque indispensable pour toute entreprise désireuse d'asseoir et renforcer son image à l'étranger.

Cependant, il existe tellement de traducteurs sur le marché qu’il est parfois difficile de faire un choix ou même de cibler les critères de sélection d’un bon traducteur. À l’heure de solliciter les services d’un traducteur professionnel, il semble juste de se poser la question suivante : quelles sont les compétences d’un bon traducteur ?

 

1. Une maîtrise parfaite de ses langues de travail…

Article beelingwa

Cela va de soi ! Le traducteur est avant tout un linguiste. Il doit avoir une connaissance très poussée de ses langues sources, c’est-à-dire des langues à partir desquelles il traduit.

Connaître et maîtriser une langue n’est pas synonyme d'être capable d'avoir une conversation basique avec les locaux d’un pays donné. Non ! Maîtriser une langue, c’est en connaître toutes les subtilités, être capable de repérer les jeux de mots, l’ironie, ou encore les touches d’humour. 

Par conséquent, méfiez-vous si votre futur traducteur vous annonce qu’il peut traduire un texte de l’anglais vers le français grâce aux deux semaines qu’il a passé à Londres pendant les vacances de Pâques !

 

2. …mais également des systèmes culturels liés à ces langues. 

Article beelingwa

Pour comprendre une langue et pour en déceler les subtilités, il est nécessaire de connaître la / les culture(s) liée(s) à la langue en question. Pourquoi ? Cette démarche permet de mieux comprendre les subtilités culturelles du texte source, c’est-à-dire, du texte à partir duquel le traducteur travaille.

De plus, un traducteur se doit de communiquer avec ses clients en toute transparence. Connaître la culture d’autres pays permet aussi de mettre le doigt sur des éléments d’un texte qui pourraient peut-être choquer ou gêner d’autres populations. Dans ce cas-là, le traducteur de qualité se doit de prévenir son client.

La lecture, les voyages en immersion, ou encore certains cours peuvent aider tout traducteur à améliorer ses connaissances sur un pays donné.

 

3. Une maîtrise parfaite de sa langue maternelle

Article beelingwa

Il est avant tout essentiel de savoir qu’un traducteur de qualité ne traduit que vers sa langue maternelle. Si cela vous semble logique, ce n’est pas le cas de tout le monde. Beaucoup de traducteurs pratiquent d'ailleurs la traduction dite « retour », où la traduction se fait de la langue maternelle vers la langue de travail. Dans un souci de déonthologie, les traducteurs de qualité ne vous proposeront que des traductions vers leur langue maternelle. 

Un traducteur se doit de connaître sa langue maternelle sur le bout des doigts. Il doit posséder d’excellentes compétences rédactionnelles, quel que soit le registre du texte. Il se doit également de maîtriser parfaitement la grammaire et toutes les subtilités langagières de sa langue maternelle.

Le texte traduit sera en effet lu par un public natif. Il est donc impératif qu’aucune faute ne s’y soit glissée. Cela pourrait décrédibiliser votre contenu, et entâcher votre image de marque.

 

4. Une expertise dans un ou plusieurs domaines spécifiques

Article beelingwa

Si votre entreprise est, par exemple, spécialisée dans l’horticulture, ou encore dans la pêche à l’anglaise, il est indispensable que vous fassiez appel à un « traducteur spécialisé », c’est-à-dire à un traducteur qui dispose de connaissances approfondies dans le domaine que vous exploitez.

En effet, un traducteur spécialisé vous fera gagner du temps, puisqu’il disposera déjà d’outils ou de lexiques propres à votre domaine d’expertise. De plus, faire appel à ce genre de traducteurs est une garantie de qualité.

Encore une fois, assurez-vous que les compétences du traducteur auquel vous faites appel sont fondées et reposent sur une expérience concrète.

 

5. Une bonne maîtrise des outils d’aide à la traduction

Article beelingwa

Les traducteurs travaillent généralement avec des outils d’aide à la traduction, tels que des logiciels, des glossaires, des lexiques, etc.

Les logiciels d’aide à la traduction permettent aux traducteurs de gagner du temps, mais aussi d’harmoniser le vocabulaire qu’ils emploient grâce à des mémoires de traduction.

Pour vous, ou votre entreprise, cela représente un gain de temps et un gain d’argent. Par exemple, si votre texte contient des répétitions de mots, le programme les comptera, et vous ne devrez pas payer pour chacune de ces répétitions !

 

Lorsque vous faites appel à des services de traduction, vous devez donc prendre beaucoup d’éléments en compte. Prenez votre temps ! Autant attendre et solliciter des services de traduction de qualité, plutôt que se dépêcher et se voir livrer de mauvaises traductions. N’oubliez pas non plus que votre image de marque dépend aussi de votre communication internationale, et donc de la qualité des services linguistiques que vous sollicitez !

Peut-être hésitez-vous aussi entre contacter une agence de traduction ou un traducteur indépendant ? Vous trouverez nos conseils ici

 

Note: 
5
Average: 5 (2 votes)