Collègue bilingue VS traducteur professionnel

0/5, Nombre de vote: 0

 

« Il ne suffit pas d´être bilingue pour s’improviser traducteur » 

(Vinay et Darbelnet, 1958)

 

« Pas besoin de traducteurs, nous avons des collègues bilingues en interne ! ».
Cette phrase lancée aux agences de traduction professionnelles est probablement l'une des plus courantes. Malheureusement, être « bilingue » n’équivaut pas à être traducteur. En effet, la traduction est un art, mais aussi un métier. On ne s’improvise donc pas traducteur !

 

• Finalement, être « bilingue », ça veut dire quoi ?

Beelingwa article de fond

Avant toute chose, il convient de définir le « bilinguisme ». En effet, il s’agit là d’un concept un peu flou. Le Petit Robert nous donne une définition peu satisfaisante. Selon le dictionnaire, un bilingue est une personne « qui parle, possède parfaitement deux langues ». 

Le concept du « bilinguisme » est souvent mal compris. Beaucoup de traducteurs ne se prétendent pas bilingues, puisqu’ils ont conscience de maîtriser davantage leur langue maternelle que leurs autres langues de travail.

Les « vrais » bilingues ont grandi en étant exposés à deux langues, et donc à deux systèmes culturels. Ils sont donc capables de déceler les subtilités linguistiques, mais également les subtilités culturelles propres à chaque langue. Et cela, de manière égale.

Retenez donc que la plupart des personnes se revendiquant bilingues parlent en fait plusieurs langues « couramment ».

 

• Traduire vers l’anglais ou le français,  c’est pareil non ?  

Avant toute chose, sachez que les traducteurs professionnels ne traduisent que vers leur langue maternelle ! Pourquoi ? Car c’est la langue qu’ils maîtrisent le mieux. Un traducteur francophone maîtrisant également l’anglais, éprouvera plus de difficultés s’il doit traduire vers l’anglais. 

Méfiez-vous donc des traducteurs qui vous proposent de traduire vers une autre langue que leur langue maternelle ! Tournez-vous plûtot vers des traducteurs natifs

 

• Pourquoi ne pas faire appel à un ami bilingue pour mes traductions ?

Comme mentionné ci-dessus, le bilinguisme est un concept très flou, et mal compris. Si l’un de vos collègues parle couramment une ou plusieurs langues, vous allez bien entendu être tenté de lui demander de traduire vos documents en interne.

Peut-être penserez-vous que cette démarche sera moins coûteuse, ou que votre traduction sera de meilleure qualité puisque votre collègue connaît votre entreprise ? Il n'en est rien !

Premièrement, votre collègue n’est pas traducteur, puisqu’il n’a pas suivi de formation universitaire en traduction. Il ne décèlera donc pas certaines subtilités linguistiques et culturelles, n'aura aucune connaissances des techniques de traduction (qui s'acquièrent à l'université et tout au long de la carrière professionnelle) et tombera très facilement dans les pièges liés à la traduction. Une baisse de qualité qui aura forcément des conséquences sur votre image de marque et donc... sur vos ventes !

Deuxièmement, votre ami ou collègue prendra plus de temps qu’un traducteur professionnel, puisqu’il devra entamer de nombreuses recherches, et qu’il ne disposera pas des outils mis à la disposition des traducteurs professionnels.

Finalement, le temps passé par votre collègue sur la traduction de vos documents, est du temps qu’il ne passera pas sur ses tâches habituelles. Solliciter les services d’une agence de traduction ou d’un traducteur indépendant pourra donc vous faire gagner du temps, de l’argent, mais aussi de la crédibilité.

 

 • Pourquoi la qualité ne sera-t-elle pas la même ?

Beelingwa article de fond

Une traduction de qualité n’est pas une traduction mot à mot. Traduire n’équivaut donc pas à trouver des équivalents pour chaque mot du document, et à les replacer dans l'ordre.

En effet, il est nécessaire de prendre plusieurs éléments en compte, tels que le public et la culture visés, le domaine d’expertise du document, et le but de la traduction. Le traducteur va se charger d’adapter le contenu du document en fonction de la finalité de la traduction.

De plus, le traducteur professionnel ne se contentera pas juste de traduire vos documents : il s’engagera à faire des recherches complexes, à adapter sa terminologie en fonction du contexte, et a faire réviser le texte qu’il aura produit. Il aura donc toutes les cartes en main pour vous fournir une traduction de qualité qui répondra à vos attentes.

 

Faites le bon choix !

La crédibilité de votre marque à l’étranger repose aussi sur les services de traduction que vous allez solliciter.

Que se soit pour la traduction de vos documents internes, de votre site web, ou de documents liés à l’exportation de votre marque, n’hésitez donc pas à faire appel à des services de traduction professionnels. L’enjeu est trop important pour préférer le moindre coût à la qualité de vos traductions.

Votre collègue « bilingue » possède très certainement de bonnes connaissances en anglais, espagnol ou russe, mais il ne possède certainement pas les compétences requises pour fournir une traduction professionnelle de qualité. 

 

 

Note: 
Aucun vote pour le moment